Islamo-gauchisme ? Le stratège d’Emmanuel Macron pour 2022 s’explique en off

Entre deux réunions, le chef de l’État recevait Valeurs Eternelles hier vers 14:30. Une fois l’interview bouclée, sirotant son macchiato encore bouillant, le stratège du président de la République, monsieur Lando, se confiait alors en off à la rédaction du magazine. À dix mètre de là, le micro unidirectionnel de notre caméra captait toujours le bruit d’ambiance pour notre exclu sur les dorures de l’Élysée diffusée en podcast sur Set & Match. Voici la retranscription fidèle de ses propos non officiels : « L’islamo-gauchisme a l’avantage de stigmatiser la gauche tout en servant d’écran de fumée par rapport au désastre de la campagne de vaccination. C’est fou comme ça marche à tous les coups. »

« ‘’L’ensauvagement’’ c’était bien vu pour ramener les lepenistes. Il y avait cette dimension sécuritaire qui, comme tu sais, est la clé de toute campagne présidentielle. Mais quand on s’est fait épingler par le New York Times, on s’est quand même dit que c’était limite. Enfin, si ça part en sucette, ils se barrent en bons fusibles qu’ils sont, et Mac rentre en scène en garant de la morale dans son parti. » Et le stratège d’ajouter : « Je sais, la gauche ne va pas apprécier. Mais on récupérera le vote utile en temps voulu, je ne suis pas inquiet à cette heure. Tu gardes ça pour toi et tu me fais un beau papier avec sa belle gueule, jtm ma poule. »

Soignants : « Le problème c’est les piqûres. Ils ne sont pas très fans », témoigne un syndicat.

Le représentant national du SSF, le syndicat des soignants de France, est passé ce samedi matin à l’Élysée, un peu gêné aux entournures il faut bien le dire, pour rendre compte du phénomène des « hésitants vaccinaux » parmi les professionnels de santé de l’ Hexagone. Il témoigne : « Beaucoup hésitent. Ils savent que les vaccins, c’est la seule solution et que bien sûr c’est sans danger. Mais là où se trouve le problème, c’est l’injection dans l’épaule. »

Le motif le plus souvent invoqué pour le refus de se faire vacciner est la douleur musculaire, bien que passablement modérée reconnaît-il. « Les piqûres, ce n’est vraiment pas leur truc. La plupart en font tous les jours, mais ce n’est pas sur leur personne. Vous comprenez ? Ils sont aux avant-postes pour voir les grimaces de leurs patients et du coup ils y réfléchissent à deux fois, même si une fois l’acte médical posé on leur propose généralement un bonbon »

Olivier Véran – « Il faut ralentir le rythme, pas de précipitation dans la précipitation »

De passage à l’Élysée, le ministre de la Santé donne l’alerte. « Si l’on vaccine sans tarder, alors nous allons avoir un bug administratif », prévient-il. « Comme vous le savez, il y a la question du passeport vaccinal que nous n’allons pas délivrer. Ces passeports doivent tout de même exister d’un point de vue administratif, cela va sans dire. Or si les professionnels de santé se pressent, les documents sont générés trop vite dans le système, ce qui augmente le risque de bug et de panne informatique du gouvernement.

Le ministre se veut toutefois rassurant : « la mise à jour de Windows Vista a bien été faite l’été dernier » a-t-il déclaré en conférence de presse ce vendredi matin, le pouce levé.

EXCLU – Macron : « On est bon, tous les KPI sont au vert »

Interviewé tôt ce matin alors qu’il ajuste encore sa cravate en soie ‘’Tommy’’ dans l’immense glace qui lui fait face, essayant plusieurs types de sourires, le président de la République se confie au sujet de sa routine matinale : « Pour moi, après le veston et la Rolex, c’est vraiment la cravate qui montre que vous voulez travailler ». « Après, c’est le sourire à moi-même, c’est mon moment dress up and go for it. »

Mais si le président a accepté de me recevoir ce vendredi, c’est pour une exclu « Tiens-toi bien mon brave, j’ai une révélation à te faire : on est bon, les KPI sont tous au poil ». Et le président de citer les principaux key performance indicators du gouvernement « Le nombre de Légions d’honneur attribuées a augmenté, les petites phrases lâchées pour satisfaire la droite, la droite dure, la droite radicale et l’extrême droite aussi. Les vaccins sont enfin arrivés dans les régions LREM. Mon petit père, je vais être réélu dans un fauteuil », révèle d’un ton guilleret le président avant de prendre congé.

Votre correspondant en direct de l’Élysée, 5 mars 2021